20 ans d’existence, d’expérience et d’aventure humaine

20 ans d’âge ! C’est comme une tranche de vie évoquant à la fois la fraîcheur de la jeunesse et la maturité naissante d’une eau-de-vie. 

C’est aussi le récit d’un voyage collectif, une histoire partagée qui ne cesse de s’écrire en questionnant l’occupation et l’usage d’un habitat à vocation artistique. Les fondations du Bazarnaom sont dotées de valeurs humaines et de désirs communs. Celles de se rassembler pour partager et ouvrir des espaces animés de vie, de folie, de beauté et d’émotions. Ceux issus d’un engagement et d’une volonté à défendre les droits fondamentaux d’une démocratie culturelle, vivier paysagé d’altérité, guidée par un gouvernail horizontal.
C’est ainsi que se dessine l’alternative dans la Cité, arborée aujourd’hui par la multiplicité de lieux intermédiaires et indépendants, sur l’ensemble du territoire européen… Autant d’aventures citoyennes et singulières. 

©Delma
©V.Meigné

Le Bazarnaom regroupe aujourd’hui une cinquantaine de bénévoles. Elles et ils sont oeuvrier.e.s ou électrons libres, partageant et développant de nombreuses compétences pour faire lieu et école de terrain. Grâce à l’intelligence collective, les idées se confrontent par leurs mises en œuvre et se réalisent dans l’ ouvrage et la construction du bien commun. 

Depuis 400 jours, nous créons une nouvelle fabrique artistique sur la Presqu’île de Caen, avec habilité et endurance à résister et se réinventer face à l’adversité ! Malgré la crise sanitaire, et forts de nos vingt ans d’expérience, nous avons réussi à surmonter cette période hors norme, qui aura fragilisé lourdement notre secteur d’activité et ébranlé de nombreuses personnes. Nous avons continué à avancer, contre vents et marées, nourris de tous ces gens qui ont pu trouver dans ce chantier un havre de paix, un souffle, une respiration salvatrice.

Cendres Delort

Le récit d’un voyage collectif

Le Bazarnaom a pour vocation de gérer un lieu dédié à la création et la production dans le secteur culturel et artistique, dans une démarche de mutualisation et d’expérimentation, collective, coopérative, solidaire, au moyen d’une gouvernance collégiale et dans une logique de développement local et durable sur le territoire régional. Le Bazarnaom s’est construit sur deux périodes, associées aux lieux investis successivement à Caen. 

Quai Hamelin

Le premier lieu, quai Hamelin, a permis de créer le collectif, de faire naître des coopérations et expérimentations, d’initier l’accueil d’équipes artistiques extérieures, dans un esprit bouillonnant et spontané.

Rue des rosiers

Le second lieu, rue des rosiers, fut l’occasion de penser la suite du projet en termes de structuration, d’affirmer l’identité du Bazarnaom en tant que fabrique artistique et lieu de résidence.
Véritable écosystème artistique et pluridisciplinaire, le collectif a développé des équipements (espaces, outils de travail, services) nécessaires au processus de création (de la production à la diffusion), en favorisant les échanges matériels et les partages de compétences de façon formelle et/ou informelle, et en contribuant aux relations et collaborations avec les acteurs culturels locaux.

Cours Caffarelli

Contraint de quitter ses locaux au cours du premier semestre 2020, le Bazarnaom s’installe sur la Presqu’île de Caen, une friche industrialo-portuaire de 600 hectares. Ce territoire est inscrit sur une Zone d’Aménagement Concerté ; tout est à bâtir et à réinventer.

De fait, nous investissons ce troisième et nouveau lieu intermédiaire, dans la dynamique d’un chantier de construction et d’ouvrage collectif, en considérant la singularité de ce territoire.
C’est ainsi que notre champ d’action s’ouvre vers un laboratoire culturel, social et citoyen. Nous créons de nouveaux espaces mutualisés, dédiés à l’expérimentation et à la production artistique.

Et nous sommes impatients d’accueillir des résidents de passage et de l’ouvrir au public, d’ici le printemps 2022.